Communiqué de presse

Pour davantage de droits de participation lors de l’utilisation d’algorithmes dans le monde du travail

AlgorithmWatch CH lance un projet commun de concert avec le syndicat syndicom. Il vise à permettre aux employé-e-s de défendre leurs droits et d’en déduire des possibilités concrètes d’action lorsque des algorithmes sont utilisés sur leur lieu de travail.

Photo by Markus Winkler on Unsplash

Non seulement le travail est gagné par la numérisation au travers des algorithmes et des systèmes décisionnels automatisés (automated decision-making, ADM). Mais aussi le contrôle et l’évaluation du personnel passent de plus en plus par des systèmes algorithmiques. Il n’est pas rare que ceux-ci prennent des décisions aux conséquences importantes pour les employé-e-s. Cela va de l’évaluation des CV à la surveillance de la productivité individuelle des collaboratrices et collaborateurs, en passant par la recommandation individualisée d’offres adaptées de formation continue. Jusqu’à présent, les opportunités et les risques que comportent ces systèmes restent toutefois très abstraits. Et il manque dans la pratique des lignes directrices applicables ainsi qu’une analyse des lacunes juridiques et des zones grises.

«Aujourd’hui, un grand nombre d’algorithmes sont disponibles pour recruter du personnel, mesurer sa prestation ou l’optimiser. Or ces systèmes peuvent cimenter davantage le déséquilibre des forces entre les employeurs et le personnel – lorsque celui-ci ignore par exemple qui l’a engagé, comment et à quelle fin. Il s’agit donc de renforcer la position des travailleuses et travailleurs», souligne Angela Müller de AlgorithmWatch CH.

«Lorsque les algorithmes décident à la place du personnel des ressources humaines, les employeurs doivent pouvoir être tenus ici aussi pour responsables de l’impact des décisions prises sur les travailleuses et travailleurs. Il s’agit donc de développer les droits de participation du syndicat et de la représentation du personnel, ce qui à son tour peut induire une meilleure acceptation de la transformation numérique», ajoute Daniel Hügli du syndicat syndicom.

Raison pour laquelle AlgorithmWatch CH et le syndicat syndicom lancent un projet commun. Il a pour objectif de garantir la participation des travailleuses et travailleurs en cas d’utilisation de systèmes ADM sur le lieu de travail et de renforcer leurs droits. Sur cette base, il convient de décrire les mesures politiques nécessaires du point de vue des travailleurs-euses et des entreprises. Le projet débute en novembre 2022 et dure jusqu’en février 2024.